• Les étrangers en Corée

    Arrivés ici avec solidement ancrée en nous la (mauvaise) habitude de se signaler le repérage d'un occidental par un "ohhhh lleeee bbblaanncc" lancé à la Camerounaise (oui, la communauté étant très petite, il y avait de grandes chances que nous le connaissions, soit Kerstin, soit moi, soit les 2), nous l'avons vite abandonnée! Car des blancs, les rues de Séoul en regorge.

    Une fois ce fait constaté et cette habitude abandonnée, le sujet est tombé dans l'oubli. Il ne ressurgit dans mon cerveau qu'à la lecture matinale des gros titres de la presse anglophone coréenne, le Korea Herald, qui m'attend (m'attendait? Cela fait quelques jours que je ne le trouve plus , aurait-on oublié de renouveler l'abonnement?) en salle des profs et de ma rubrique préférée, l'infographie du jour me proposant une répartition du nombres d'immigrés en Corée:

    Les étrangers en Corée

    Il y a donc 1.569.470 étrangers en Corée, chiffres officiels fournis par le Ministère de l'Immigration, qui ne comptent donc que les étrangers immatriculés, possédant la fameuse AC (Alien Card). Car nombres d'entre-eux, de même que nombres de mes compatriotes rentrent ici avec un visa touristique de 3 mois, ressortent du pays une semaine avant la fin de ce visa, puis reviennent pour 3 mois. Cela évite les procédures drastiques pour s'immatriculer (ce qui n'est pas simple sans travail, comme il n'est pas simple de trouver un travail sans visa, vous voyez un peu) mais cela oblige à bosser au noir et à faire appel à des prête-noms pour s'équiper d'un téléphone ou ouvrir un compte en banque.

    En tout cas, avec 15% de chinois, 11,8% de vietnamiens, 4,8% de sri-lankais, népalais et pakistanais (très présents dans la restauration et l'épicerie internationale), et 4,1% de philippins (le gros bataillons des employées de maison, les fameuses maids), l'Asie proche est la mieux représentée et cela semble tout à fait logique. On est là dans un schéma classique d'immigration économique, avec un besoin partagée: se trouver un avenir économique plus solide que dans son propre pays, et pour les compagnies coréennes, trouver de la main d'oeuvre corvéable et bon marché (tiens, tiens, un air de 30 glorieuses en France...).

    Même si on trouve aussi ici, par exemple, de nombreuses vietnamiennes venant épouser des agriculteurs coréens (l'Amour est dans la rizière?), qui eux, de leur province profonde, peinent à séduire les coréennes, attirées par les lumières et le confort de la ville.

    Donc, 35,7% d'asiatiques, soit 1.569.470*35.7/100 = 560.300 personnes (je vous fais cadeau du 0.79 restant).

    Mais le plus étrange est clairement la catégorie "Ethnic Koreans from China". La dispora coréenne est importante, estimée à 5,3 millions de personnes. Au Japon, en Chine et aux USA principalement, mais aussi en Russie, Mongolie, Ouzbékistan... voir même Brésil et Mexique.

    Cependant elle est catégorisée par les coréens eux-même comme "étranger", car ils considèrent que ces coréens là ont vécu trop longtemps loin de leur racines (ces exodes se placent plutôt entre 1860 et 1945) et les ont donc perdues: ils ne sont donc plus vraiment coréens!

    Ils sont par exemple presque 2 millions en Chine, avec même un district autonome coréen dans le nord, pas loin de la frontière chinoise à Yanbian. Mais quand un membre de cette communauté décide de retourner au pays des ancêtres, il y est comptabilisé comme immigrant! D'où les 38.7% de coréens chinois revenus en Corée, attirés eux-aussi par la prospérité économique de ces dernières années.

    Donc, en bilan, 38.7% soit 1.569.470*38.7/100 = 607.385 personnes.

    Ce qui me paraît étrange, c'est que les japonais, eux, sont bien comptés comme japonais. Alors qu'il y a aussi eu une énorme diaspora coréenne là-bas (et pas toujours par choix, mais envoyés comme travailleurs lors des années d'occupation japonaise de la Corée). Un Corée installé au Japon qui revient serait-il un coréen, alors qu'un coréen installé en Chine qui fait de même n'est qu'un chinois d'origine coréenne?  Non il semble plutôt que la plupart des coréens émigrés au Japon sont rentrés de leur propre chef juste après la guerre, et n'ont pas été trop acculturés, et peuvent donc être considérés comme de vrais coréens. Les 2,7% cités sur le graphiques semblent donc concernés de "vrais" japonais".

    2.7%, soit 2.7/100*1569470 = 42.375 personnes.

    Maintenant il reste les blllllanncccsss! Ah non, y'a aussi les noiiiiirrrsss! Fort peu au demeurant, on croise cependant dans les rues, quelques africians, surtout là pour faire le buisness! Mais je n'ai malheureusement aucun chiffre.

    ¨Pour les "blancs", j'ai également quelques soucis. Pour les 4.8% d'américains, je ne sais pas si ils comptent les forces armées (plus de 35000 soldats) ou simplement les "civils".

    En tout cas, cela fait 4.8/100*1.569.470 = 75435 américains (je pense donc qu'ils, les militaires, sont bien comptabilisés).

    Pour le reste, les chiffres que je vais citer ici  sont non-officiels mais trouvés de ci -de là ou provenant du bouche-à-oreille.

    Français: au 31 décembre 2013, nous étions 2451 inscrits sur le registre de l'ambassade de France à Séoul, mais avec les non-enregistrés au bureau de l'immigration, on estime la communauté française à 6000-8000 personnes. Soit  

    Allemands: ils seraient environs 5000 dont inscrits à leur ambassade.

    Autrichiens: une source sûre (merci Steph, mariée à un représentant de ce pays) m'a donné 250 membres de cette communauté comme chiffre de référence.

    Italiens: eux ne sont qu'environs 400, d'après le chiffre fourni par une maman d'élève de Kerstin travaillant à l'ambassade d'Italie.

    Britanniques: les chiffres que je trouve donne un ordre de grandeur autour de 3400 personnes. Ce qui me semble fortement sous-estimé, avec le nombre de jeunes britanniques qui enseignent dans les écoles privés de cours d'anglais (et avec qui je joue au foot)...... Nombre d'entre-eux doivent être ici de manière peu régulière.

    Belges en attente des chiffres susceptibles d'être fournis par mon collègue Fred, le belge.... réponse: au maximum 500!

    Espagnols: en attente des chiffres susceptibles d'être fournis par mon collègue Alberto, le prof d'espagnol (non Fred lui n'est pas prof de belge)..... réponse: 300  

    Suisses: je crois me souvenir qu'après discussion avec le consul de Suisse à Séoul, nos voisins helvètes sont environ 250 officiellement enregistrés.

    Pour le reste, vous pouvez rencontrer de toutes les nationalités ici (par le foot, j'ai côtoyé colombien, brésilien, ouzbek, australien, néo-zélandais, camerounais, ...) mais je n'ai absolument aucun chiffre à vous fournir! Ce sont très souvent des étudiants venus finir leurs études dans ce pays.

    Évidemment je n'aborde ici que la partie chiffrée... Après il y a la partie sociétale concernant l'intégration qui n'est pas simple non plus, les coréens étant un groupe ethnique homogène, et assez nationaliste,avec quelques fervents défenseurs de la Corée pure (vous avez bien vu le sort subit par ces coréens immigrés). Enfin, mais c'est pareil chez nous, il est beaucoup plus simple de rejeter la faute sur les immigrés: les blancs amènent le sida, les clandestins sud-asiatiques volent le travail des coréens.... les réflexes classiques quoi!

    http://www.lepoint.fr/monde/le-racisme-en-prime-time-en-coree-du-sud-07-06-2012-1470469_24.php

    Pour ceux qui seraient intéressés un peu plus en profondeur, j'ai feuilleté cet ouvrage disponible sur le net.

    « La Corée dans vos journauxLarva, toujours sur le pont »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Yvettem
    Lundi 20 Octobre 2014 à 08:21

    Voilà un petit topo fort instructif pour moi ! bises

    2
    Lundi 20 Octobre 2014 à 12:25

    ben voyons !! et les norsk??

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :